Jeudi 11 septembre 2014 4 11 /09 /Sep /2014 09:36

Voici le plan que Jérôme Bourdon m' demandé de vous commuiquer.

Bon courage!

LES SOCIETES COLONIALES ASIATIQUES DES ANNEES 1850 AUX ANNEES 1950

 

 

 

I-       La naissance des colonies asiatiques et leur organisation administrative

 

A-      Une conquête coloniale souvent violente

 

-Les premières colonies nées du développement commerce mondial

-Des annexions par la guerre à la fin du 19ème siècle

-Une violence accrue par la résistance des indigènes

 

B-      Une maîtrise difficile des colonies

 

-Une pacification obligatoire pour tenir les colonies

-La permanence de la présence des militaires au sein des colonies

-Une police musclée et polyvalente

 

C-      Une administration coloniale mouvante

 

-La mise en place de l’organisation coloniale

-Les insuffisances de l’administration coloniale

-Les réformes et l’évolution vers l’Indirect Rule

 

 

II-     La naissance des sociétés coloniales au sein d’espaces exploités

 

A-      Une mise en valeur prédatrice des colonies

 

-La dépossession des indigènes

-L’installation d’une économie de traite

-Les conséquences dramatiques de la déstabilisation des économies indigènes

 

B-      L’exploitation de la main d’œuvre indigène

 

-Des conditions de travail globalement très dégradées

-De la fin de l’esclavage traditionnel aux nouvelles formes de l’esclavage

-Le travail forcé

 

C-      Des sociétés coloniales plurales et inégales

 

-Des minorités venues d’Europe privilégiées juridiquement

-Une majorité d’indigènes inférieures

-Une mission civilisatrice incomplète

 

 

III-  L’échec de l’expérience coloniale avec le rejet par les indigènes

 

A-      Des colonisateurs peu soucieux de créer des liens avec les indigènes

 

-De l’ouverture relative du début à la fermeture progressive

-Racisme et paternalisme

-Ségrégation et tensions sociales

 

B-      Des indigènes guère plus soucieux de faire de même

 

-Une acculturation limitée aux élites ?

-Une attitude d’évitement par les indigènes

-Les premières résistances pacifiques

 

C-      Le rejet final de la présence coloniale

 

-La montée du nationalisme

-Le tournant de la Seconde Guerre Mondiale

-Des indépendances plus ou moins violentes

Par agrint2
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 11 septembre 2014 4 11 /09 /Sep /2014 09:34

Les cours du mercredi matin auront dorénavant lieu de 9 h 30 à 12 h 30 à partir de mercredi 17 septembre. En revanche, rien ne change pour les horaires de l'après midi.

Ph. Jacquet

Par agrint2
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 juillet 2014 5 04 /07 /Juil /2014 15:05

La France en villes (Florence Smits)

 

La question, déjà au programme pour la session 2013, demande une connaissance précise des villes, qui ne sont d’ailleurs pas si faciles à définir, mais aussi une maîtrise des grandes dynamiques présentes aux échelles inférieures , en ce sens qu’elles ont souvent des liens importants avec les villes.

 

Les trois séances seront consacrées aux 

1) Dynamiques, aménagements et systèmes urbains

2) Populations, activités et acteurs urbains

3) Défis et enjeux (afin d'étudier les risques, les réformes territoriales, la gouvernance).

 

 

Pour préparer la question vous avez bien sûr le cadrage et la bibliographie d’Historiens & Géographes n°410, avril-mai 2010 (consultable en ligne sur

http://bk.infoagreg.free.fr/BibliographieFranceenVillesHistoriensGeographes.pdf). Celle-ci est très longue, mais il me semble utile de la consulter afin d’avoir bien conscience des enjeux associés à cette question.

 

Pour aller à l’essentiel, je vous conseille deux ouvrages :

            1) « La France, une géographie en mouvement », M. Reghezza-Zitt, Documentation photographique n°8096, nov-déc. 2013. La Document française, Paris.

Rappelle les principaux enjeux et dynamiques associés à la géographie de la France et apporte de nombreuses informations sur les villes

            2) La France, une géographie urbaine, L. Cailly et M. Vanier (dir), 2010, A. Colin, collection U, Paris. 

Ouvrage qui, comme son nom l’indique, apporte un éclairage assez complet sur la question au programme.

 

Une fois les bases établies, je ne peux que vous encourager à lire des articles ou à utiliser les études de cas présentes dans les manuels du collège et/ou du lycée pour établir des fiches d’exemples (avec des croquis) qui viendront étoffer vos analyses.

Par agrint2
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 juillet 2014 5 04 /07 /Juil /2014 15:03

Guerres et Sociétés en Europe Occidentale de 1270 à 1480

(Royaumes de France, d’Angleterre et d’Ecosse, marges occidentales de l’Empire[1])

• Ouvrages destinés à cadrer le sujet

8 Demurger Alain, L’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle, coll. « Les Fondamentaux », Paris : Hachette, 1995.

Par pays :

8 Bove Boris, Le temps de la guerre de Cent ans  (1328-1453), coll. Histoire de France », Paris : Belin, 2009 [à compléter par les deux autres volumes de la collection qui l’encadrent : Jean-Christophe Cassard, L’Âge d’or capétien (1180-1328) et Philippe HamonLes Renaissances (1453-1559), parus en 2012].

Gauvard Claude, La France au Moyen Age, du Ve  au XVe siècle, coll. Quadrige, PUF, 3e éd. 2014 (e.o. 1996) [ch. 10- 15] ou 8 Le temps des Valois 1328-1515, coll. « Une histoire personnelle de la France », Paris : PUF, 2013.

Contamine Philippe (dir.) Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple, 481-1514, coll. « Histoire de la France politique », Paris : Le Seuil, 2002 [coll. « Points H 367», 2006 ; 4è «  »].

Genet Jean-Philippe, Les îles Britanniques au Moyen Âge, coll. « Carré Histoire », Paris : Hachette, 2005.

Lebecq Stéphane, Bensimon Fabrice, Lachaud Frédérique et Ruggiu François-Joseph, Histoire des îles Britanniques, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 239-342 [8 les chapitres rédigés par F. Lachaud].

Schnerb Bertrand, L’État bourguignon (1363-1477), Paris : Perrin, 1999 [rééd. coll. Tempus 2005].

• Généralités, manuels

Contamine Philippe, La Guerre au Moyen Âge, Paris, coll. « Nouvelle Clio », Paris : PUF, 2010(e.o. 1980).

8 Valérie Toureille, Florence Berland, Germain Butaud, Sara Fourcade, Valérie Serdon, Guerre et société 1270-1480, coll. Clés concours, Paris : Atlande, 2013.

• La guerre de Cent Ans

8 Allmand Christopher T., La guerre de Cent Ans. L’Angleterre et la France en guerre 1300-­1450, Paris : Payot, 1989 et Points H 473, Paris : Le Seuil, 2013 [e.o., Cambridge : Cambridge UP, 1988].

8 Contamine Philippe, La guerre de Cent Ans, coll « Que sais-je ? » n° 1309, Paris : PUF, 2010 [e.o. 1968].

L’Histoire (coll.), La guerre de Cent Ans, coll. Pluriel, Paris : Hachette, 2012

• Quelques sources

8 Contamine Philippe, Azincourt, Paris : Julliard, coll. « Archives », 1964 [Folio Histoire, 2013].

Mollat du JourdinMichel, La guerre de Cent Ans vue par ceux qui l’ont vécue, coll. « Points H 164 », Paris : Le Seuil, 1992.

Commynes Philippe de, Mémoires, éd. Joël Blanchard, coll. « Lettres gothiques », Paris : Le Livre de Poche, 2001 [ou traduit de l’ancien français par Joël Blanchard, coll. Agora, Pocket, 2004].

Froissart Jean, Chroniques. Livre I  et Livre II, éd. Peter F. Ainsworth et George T. Diller, « Lettres gothiques », Paris : LdP, 2001. Froissart Jean, Chroniques. Livre III et Livre IV, éd. Peter F. Ainsworth et Alberto Varvaro, « Lettres gothiques », Paris : LdP, 2004 [Une anthologie des Chroniques de Froissart a été publiée en 1964 par Andrée Duby en 10/18 (U.G.E.). Elle a été rééditée par Stock en 1997].

 

 

 

 

 

Enrique León, Prépa Agrégation interne juin 2014



[1] Le programme de l’agrégation externe 2012-2014 précisait « espace italien exclu » et énumérait les pays concernés : « Provence, Dauphiné, confédération suisse, comté de Bourgogne, Alsace, Lorraine, Barrois, Luxembourg, Brabant, principauté de Liège, Hainaut, Hollande, Zélande ».

Par agrint2
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 juillet 2014 5 04 /07 /Juil /2014 15:02

 

Les sociétés coloniales à l’âge des empires :

Afrique, Antilles, Asie (1850-1950)

 

 

présentation du sujet

 

Le programme invite à étudier l’histoire des sociétés qui se forment, se transforment et se défont dans les colonies d’Afrique, d’Asie et des Antilles entre 1850 et la fin des années 1950. Ces sociétés sont envisagées dans le cadre des territoires sous domination coloniale, à l’exclusion de la métropole, donc à l’échelle coloniale et non impériale.

Ces sociétés peuvent être caractérisées en première approche comme des sociétés clivées, duales et hiérarchisées. Le partage entre “colonisateurs” et “colonisés”, imposé par la domination coloniale, en constitue l’élément structurant le plus apparent. Cependant, aucun des deux groupes n’étant homogène, ils ne peuvent être envisagés comme des entités fermées : on distingue, du côté des “colonisateurs”, les militaires, les administrateurs civils, les missionnaires et les colons et, du côté des “colonisés”, les autorités traditionnelles, de nouvelles élites, des “subalternes” de toute sorte et des groupes émergents, comme les ouvriers salariés. Cette diversité interne a des effets sur les barrières entre les groupes : la hiérarchie peut être battue en brèche et le clivage transgressé par des parcours individuels. La tension provoquée par le rapport de domination n’exclut donc pas les interactions et fait émerger des groupes d’intermédiaires. Elle constitue la toile de fond, le contexte où se tissent des échanges inégaux. Comprendre les sociétés coloniales exige ainsi de tenir ensemble ce qui relève de la domination et ce qui lui échappe, c’est à dire de décrire les effets d’une domination souvent brutale, sans préjuger de sa toute-puissance ou de sa capacité à s’appliquer partout. L’intitulé du sujet suggère d’adopter une approche sociale au sens large, qui fasse toute leur place aux dimensions culturelle, économique et politique des sociétés.

La notion de société coloniale est l’objet de débats au sein d’une historiographie en plein renouvellement. On peut relever trois grandes orientations dans la production foisonnante des “études coloniales” depuis les années 1980 et surtout 1990 : une histoire sociale qui, dans la lignée des Subaltern Studies, s’attache au point de vue des acteurs les plus modestes des sociétés coloniales et met en évidence les limites de la domination qu’ils subissent en montrant leur capacité à agir de façon autonome (leur agency) ; une histoire culturelle fondée sur les apports critiques des Postcolonial Studies, plutôt portée sur l’analyse et la “déconstruction” des discours coloniaux et des critères discriminants qu’ils mobilisent (race, genre, culture) ; enfin, une histoire à la fois sociale et culturelle qui réactive la notion de “situation coloniale”, forgée par le sociologue et anthropologue français Georges Balandier en 1951, pour s’interroger sur la nature des sociétés coloniales, entre dualisme et pluralisme, hétérogénéité et hybridité.

 

 

Bibliographie sommaire

 

 

Outil de travail :

Jean-François KLEIN, Pierre SINGARAVÉLOU et Marie-Albane DE SUREMAIN (dir.), Atlas des empires coloniaux (XIXe – XXe siècles), Paris, Autrement, 2012.

 

Manuels :

François DUMASY, Odile GOERG et Xavier HUETZ de LEMPS, Les sociétés coloniales à l’âge des empires, Paris, Bréal, 2012, 196 p. : une bonne synthèse pour commencer.

Dominique BARJOT et Jacques FRÉMEAUX (dir.), Les sociétés coloniales à l’âge des empires, Afrique, Antilles, Asie (années 1850-années 1950), Paris, Cned-Sedes/A. Colin, 2012 : utile surtout pour les chapitres de la première partie, qui présentent des territoires précis.

Isabelle SURUN (dir.), Les sociétés coloniales à l’âge des empires, Afrique, Antilles, Asie (années 1850-années 1950), Paris, Atlande, 2012 : entièrement thématique.

Pierre SINGARAVELOU (dir.), Les Empires coloniaux (XIXe-XXe siècle), Points Seuil, 2013 : une synthèse des apports historiographiques les plus récents. Permet d’approfondir les problématiques. Dépasse les limites chronologiques et géographiques de la question au programme.

 

Quelques ouvrages littéraires (mémoires, autobiographies, romans) : pour entrer dans la question sans y penser

Karen BLIXEN, La Ferme africaine, [1937] (diverses éditions) et Lettres d’Afrique, 1914-1931 (paru en folio).

Amadou HAMPÂTE BÂ, Oui mon Commandant !, Babel, 1994.

Rudyard KIPLING, Simples contes des collines [Plain Tales from the Hills, 1887].

Doris LESSING, Nouvelles africaines [African Stories], Le livre de poche, 1990 [1952].

Albert MEMMI, Portrait du colonisé précédé de Portrait du colonisateur,  Paris, nombreuses éditions [1957].

MULTATULI, Max Havelaar ou les ventes de café de la compagnie commerciale des Pays-Bas, Actes-Sud, Babel, 2003 [1860].

George ORWELL, Une histoire birmane, Paris, Éditions Ivrea, 1996 [Édition originale : Burmese Days, 1934],

Ferdinand OYONO, Une vie de boy, Julliard, Pocket [1957].

 

 

Par agrint2
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés